jeudi 4 décembre 2008

Après Capital, l'Express en rajoute une couche sur les laboratoires.

Dans un article publié hier sur son site, le magazine l'Express traite du déficit de l'Assurance maladie. Pour l'auteur, le déficit n'est pas seulement dû au vieillissement de la population mais également à un système mal organisé qui permet des petits arrangements, des abus et même des fraudes. Il cite pêle-mêle les arrêts maladies abusifs, les fausses ordonnances, les hôpitaux publics et, accrochez-vous chers confrères et consoeurs qui avez accueilli vos patients dès potron-minet, les fameux laboratoires d'analyses médicales. Pour être rigoureux, je reprends texto les quelques lignes de l'article consacrées aux labos :

"Les laboratoires d'analyse biologique sont montrés du doigt, souvent à juste titre : ils bénéficient d'importants gains de productivité, grâce à la quasi-automatisation des principaux examens remboursés. Mais ils ne les répercutent pas sur leurs prix. Chaque année, la Sécurité sociale négocie avec eux des baisses de tarifs (94 millions d'euros en 2007). « On est encore loin du compte », fait valoir un bon connaisseur du dossier."

Au moment où le Président de la République (ou ses conseillers ?) écrit à l'Intersyndicale des biologistes en réponse à leur courrier du 13 octobre dernier paru dans le Monde pour dire en substance qu'il a entendu leurs protestations concernant la réforme, voilà qu'"un bon connaisseur du dossier" les accuserait presque dans cet article d'abuser la Sécu. Les mêmes arguments et la même rhétorique que ceux de l'article de Capital sont utilisés à savoir : la notion de gain de productivité et le fait que les biologistes ne repercutent pas l'écart supposé entre le prix de revient des analyses et le tarif de remboursement par la Sécu. Cette rhétorique était celle du fameux rapport Lalande de 2006.

Pourquoi les journalistes ne prennent pas le temps de vérifier les informations à charge auprès des représentants de la profession ? Pourquoi ne laissent-ils pas la place au débat contradictoire ? Comment peut-on laisser supposer que tous les professionnels assermentés que sont les biologistes sont là uniquement pour s'engraisser sur le dos de la collectivité ? Pourquoi ne pas appliquer ce raisonnement aux radiologues qui ont eux aussi optimisé leur chaîne de production d'images sans répercuter sur leurs tarifs les gains supposés ?

Il y a eu durant les dernières années un déficit de communication des biologistes vers la population. Nous aurions dû mieux expliquer notre métier dont dependent 80% des décisions médicales. Et peut-être même investir les magazines féminins en envoyant nos plus "belles gueules" et plus charmants minois expliquer les avantages d'un laboratoire de proximité, humain et compétent (pas chez Marie-Claire où nous aurions déja été comparés à des compagnies low-cost black-listées).

Est-ce qu'il y a une norme ISO pour la communication ? Parce que tant qu'à suer sang et eau pour appliquer la norme 15189 autant en profiter pour améliorer l'image de marque de mon laboratoire en particulier et celle de la profession en général.

GdM













4 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Alain a dit…

Et c'est toujours la même chanson...
Parfaitement orchestrée et qui laisse des traces dans les esprits.
GDM, votre idée de communication est excellente. Je me rappelle des campagnes de "pub" des notaires par voie d'affichage et celle des avocats à la radio pour "un monde de droit". Cela serait peut être plus efficace que d'essayer de faire signer une pétition qui laisse quand même pas mal de monde indifférent. Et même parmi de nombreux biologistes...
Une bonne campagne de communication ne pourrait qu'entériner l'image déjà très positive (si si c'est vrai, celà a déjà été prouvé) que nous avons auprès des patients. Et faciliter la signature de la pétition dont l'objet est quand même, reconnaissons le, bien loin des préoccupations quotidiennes actuelles de nos concitoyens.
C'est un art que de savoir se servir des médias, mais il y a des professionnels pour cela et je vois là une possibilité d'action de nos syndicats et pourquoi pas du Conseil de l'Ordre ?

GdM a dit…

@ Alain
Je pense que l'Ordre est aujourd'hui est le fer de lance de ce "combat" contre l'article 20 de la loi HPST. Il devrait peut-être initier cette campagne avec l'aide de l'Intersyndicale. Rappellez-vous la campagne de l'office du tourisme polonais qui a repris avec humour le thème du "plombier polonais". La profession pourrait faire de même et communiquer sur le "Biologiste français".
GdM

Bacterius a dit…

C'est vrai que pour la com, autant utiliser l'expérience et les méthodes des "pros"...et donc soutenir l'intersyndicale par tous les moyens à commencer par "ceux qui sonnent et trébuchent"...mais comment ne pas être admiratif devant l'efficacité de certaines campagnes de com « choc » qui interpellent sur des sujets apparemment confidentiels, et qui, bien présentés peuvent provoquer un débat dans certains médias.

En ce qui concerne l’ouverture de capital des labos, après avoir préparé le terrain et sensibilisé les élus de tous bords, députés, sénateurs, mais aussi les maires, relais d’opinion très important (voir quotidien médecin du 4/12), sur les multiples dangers de l’arrivée des financiers dans la santé publique et la fin programmée de la Sécurité Sociale, l’idéal serait de pouvoir « craquer une allumette médiatique »pour embraser le débat, et le transformer en sujet de société sur la préservation de la sécurité sociale, le refus de l’entrée des financiers et des fonds de pension dans la santé publique, la volonté de la France de garder une indépendance de gestion de sa santé publique par rapport à l’Europe (principe de subsidiarité)…le tout sur fond d’élections Européennes, refus du gouvernement d’avoir un débat parlementaire….Il ne faut donc pas se tromper dans le timing…..A priori, cela semblerait être au printemps prochain ?
Mais avant d’en arriver là, le travail de fond est loin d’être terminé…et là c’est l’affaire de chacun d’entre nous, tous les jours dans nos labos.