vendredi 26 mars 2010

Affaire SDB/Novescia : les réactions du Dr COTE et du SDB...et une surprise de taille.

Chers Amis, bonjour.

L'actualité biologique s'accélère d'un coup.
Un post précédent faisait référence à l'entrée dans Novescia d'un biologiste, membre du conseil d'administration et du bureau du SDB. Ce confrère a souhaité légitimement réagir.  Il a laissé un commentaire que je reproduis ci-dessous comme droit de réponse.

"Bonjour,

J'ai démissioné du Bureau du SDB le jour de ma prise de fonction sde dircom Novescia.
Je me présenterais d'ici quelques mois devant le CA, organe consultatif, pour explications
Donc : IL N'Y A PAS DE CONFLIT D'INTERET.
Juste une reflexion à mener dans la profession sur la diversité et l'analyse fine des structures sans dogmatisme.
Cordialement

Thierry COTE
Biologiste"

Au même moment, le président du SDB, le Dr Jean BENOIT, publiait sur le site du syndicat un communiqué. Il y explique la position du SDB sur ce dossier et concède, en des termes diplomatiques, "l'influence grandissante et néfaste des réseaux financiers au sein de la biologie médicale". Voici la version intégrale du communiqué :

"Chers confrères,
La démarche personnelle d’un confrère, membre des instances du SDB, de céder son laboratoire au groupe Novescia sans que nous en soyons informés ne saurait remettre en cause l’investissement de notre Syndicat à défendre notre exercice et son indépendance vis-à-vis des groupes financiers. J’ai d’ailleurs immédiatement demandé à ce confrère de démissionner du Bureau et du Conseil d’Administration du SDB.
Nous regrettons le choix fait par ce confrère qui relève d’un strict choix personnel et témoigne s’il en était encore nécessaire de l’influence grandissante et néfaste des réseaux financiers au sein de la biologie médicale française.
L’amalgame fait par certains entre le SDB et ce confrère est pour le moins malhonnête et ne nous empêchera pas de travailler à faire avancer nos positions au niveau de l’Europe et au travers des modifications que nous souhaitons de la législation française.
Jean Benoit
Président
(25/03/2010)"

Ces deux communiqués confirment que l'environnement de la profession est devenu particulièrement complexe avec des fortes incertitudes sur le modèle actuel (voir l'appel d'Aurélie publié ici même). Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que l'un des plus gros laboratoires spécialisés français, Pasteur-CERBA, est mis en vente par ses propriétaires. C'est une surprise de taille. Il est encore difficile d'en imaginer les conséquences mais elles seront nombreuses.

GdM



11 commentaires:

Anonyme a dit…

Aurélie vs Thierry C. Deux conceptions, deux mondes totalement opposés... Mais où est la vérité, où doit se situer notre métier, notre exercice ?
Et cette information sur la vente de Pasteur Cerba ? Qu'est ce que cela veut dire ? Est ce à relier à la parution de l'ordonnance ?
Tout bouge, tout bouge, tu as raison, GdM, tout s'accélère...
Et le SdB ne clarifie pas vraiment les choses, voir la réponse de Jean Benoît ainsi que son interview dans OptionBIO.

Anonyme a dit…

La réforme Ballereau a créé le Monopoly de la biologie: les uns achètent massivement les places stratégiques 2 fois le prix du marché, d'autres préfèrent vendre tout de suite avant que ca s'effondre, pour ensuite racheter moins cher ? Il y a certainement de beaux coups financiers à faire pour les initiés. Car il y a un risque d'effondrement non négligeable, comme tout secteur où une telle bulle spéculative peut se constituer en si peu de temps et dont le rendement à long terme est loin d'être garanti. Non, le gouvernement n'a nullement tiré les conséquences de la crise financière de 2008 et plient devant des lobbystes qui n'ont aucune légitimité. Oui, les jeunes biologistes et les patients seront les seuls victimes du système. Drôle d'époque où il n'y a plus aucun coupable. Juste des fatalités.

thierry a dit…

Bonjour,

Il y a effectivement, de ma part, beaucoup à dire sur les arguments d’Aurélie, dans lesquels je ne me retrouve pas, et ce depuis bien longtemps.

Labmutation, que je ne connais mal, semble être un site assez partisan sans être sectaire. Il me serait agréable de pouvoir y faire une réponse à Aurélie en point par point et ainsi, montrer en détail, au delà d’un simple commentaire, ce qui nous différencie.

Merci de prendre contact directement avec moi pour cela.

PS : il est dangereux de relier la réforme à la restructuration.
La loi de 1975 était devenue une passoire, notamment sur la constitution de groupes.
La profession est trop atomisée pour affronter l’époque
Il fallait donc impérativement réformer et restructurer. Une contestation globale de ce schéma ne
peut aboutir qu’à un conservatisme suspect de ressembler trop à du maintien de privilèges…

Thierry COTE

Anonyme a dit…

Celà est plus facile à dire lorsque l'on a 50 ans et acquis un patrimoine (grâce à une rente de situation qui n'a apparemment plus lieu d'être) que lorsqu'on a 28 ans, bac +10, 2 concours en poche et qu'on se voit proposer des postes de directeur de site de prélèvement. De grâce Thierry, épargnez nous votre vision futuriste et vos projets glorieux d'avenir. Ce site n'est pas partisan, il est objectif. C'est vous qui ne l'êtes plus.

GdM a dit…

@Thierry :
Merci pour le compliment "non sectaire" quant aux partisans, j'en apprécie le chant.

Totsaki a dit…

Trotsky doit se retourner dans sa tombe...

On aurait attendu de nos aînés "humanistes" les voir créer les premières sociétés coopératives de Biologie Médicale,outil de transmission de leur savoir -faire et pied à l'étrier pour les jeunes générations...à la place que quoi, on les voit céder aux sirènes du "Grand Capital" qui n'auront que pour jeu de maintenir des privilèges particuliers.

thierry a dit…

La rente de situation, c'est quand on reste assis et que ça vient tout seul...ce qui n'a jamais été mon cas depuis 1988, renseignez vous, Anonyme...
Sur la problématique d'âge, vous avez raison, sauf que, à tout âge, soit on raisonne pour soi et on n'a pas de légitimité syndicale ou assimilée, soit on raisonne pour la profession et donc pas seulement pour une tranche d'âge..

Les règles du jeu changent en cours de route pour chaque génération, ce n'est pas nouveau, je peux même dater ce phénomène à 1969 avec les "maths modernes".

J'aurais l'occasion de reparler des projets Novescia pour les biologistes entrants, ce n'est pas futuriste.

GdM, avec le chant des partisans, nous partageons donc quelques valeurs...à quand votre mail pour une réponse point par point à Aurélie ?

totsaki a dit…

Je contribue à nouveau mais ça doit sortir :

Je ne parle pas au nom de la "nouvelle" génération, je n'ai pas cette prétention mais je commence vraiment à en avoir plus que marre de m'entendre donner des leçons par des soi-disants chefs d'entreprise, dont le seul et unique mérite est d'avoir monté une société de SERVICE à une époque ou la rentabilité de la branche était à son maximum.

Vous n'avez généré aucune richesse au sens ou on l'entend dans le système capitaliste: les analyses prescrites non réalisées dans votre laboratoire l'auraient de toute façon été dans un autre, vous n'avez contribué à aucun gain de productivité (c'est l'apanage de l'industrie du réactif) ni aucune innovation technologique.


La vraie valeur ajoutée de notre profession devrait être le savoir-faire, la compétence, le diagnostic...vous sentez vous plus compétent à la fin de votre carrière qu'au début ? Si oui, à combien estimez vous le gain de compétence?

A 1.5 millions d'euros? Différence entre un jeune biologiste qui souhaite s'installer et un biologiste qui revend ses parts.

Et fi de l'éternel argument : "oui mais moi, ma société.." : remettez les mêmes conditions (le même "B") qu'à l'époque de votre installation et on verra...


Cela me fait penser à une course de voitures ou l'on demande aux pilotes des voitures les moins rapides d'aller pousser les voitures les mieux équipées et ou le commissaire aux courses décide
subitement que finalement, on ne pourra plus courir qu'au volant d'une Ferrari (chose que le jeune pilote ne peut évidemment pas s'acheter mais que possèdent dèjà les plus rapides).

GdM a dit…

@ Thierry :

Pas de problème pour que vous répondiez point par point à Aurélie mais également à Totsaki qui vous interpelle ci-dessus.
N'oubliez pas de bien développer ce qui vous différencie de la génération actuelle car finalement c'est ce qui va intéresser le plus les lecteurs du blog.
Vous pouvez me faire parvenir votre projet (pas trop long svp) a : labmutation at gmail dot com

GdM a dit…

Petit rappel aux commentateurs impatients et logorrheiques : "Est maître des lieux celui qui les organise" dont je publie ce que je veux quand veux. Attention également au plagiat et au parasitisme.

EUGENIE a dit…

Les biologistes se battent tels des cheminots qui veulent conserver leurs acquis. Il est normal de se battre pour conserver ses acquis et une rente de situation. Pour rappel, les biologistes de laboratoire sont les médécins les mieux payés en moyenne après les anesthésistes.

Mais je trouve inadmissible d'utiliser comme argument la protection des patients pour contrer l'arrivée des investisseurs financiers, car c'est totalement faux !